Douze élèves de l’école chrétienne de Dresde viennent de passer une semaine à L’Établissement Daniel,  logés par des familles (que nous remercions pour leur hospitalité précieuse !).

Tous ont pu fréquenter le collège-lycée et certains ont même été « enrôlés » pour des activités au sein du cours d’allemand.

 

 

Cette délégation a pu également profiter d’une superbe météo lors de différentes sorties touristiques (Kaysersberg, Eguisheim, …).

L’une d’entre elles mérite d’être relevée.

La visite du Monument National de la Première Guerre mondiale au Vieil Armand en compagnie de nos invités allemands a été émouvante.

Nous étions en effet tous réunis – exactement 100 ans après ce conflit franco-allemand – à un endroit regroupant 12 000 ossements de soldats des deux nations.

Mais au-delà de cette dimension historique, on pouvait apercevoir des passages bibliques qui ornaient le mémorial :

« Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel: Esprit, viens des quatre vents, souffle… » ( Ezéchiel 37:9)

« Je suis la résurrection et la vie… »  (Jean 11:25)

C’est comme si le cœur humain, muet face à sa propre noirceur à l’image du silence qui règne dans la crypte, se tournait tel un orphelin vers la Parole éternelle du Dieu consolateur, cette Parole de vie qui donne du sens et de l’espérance à l’existence.

Il était tout aussi intéressant d’aborder en classe de 3ème les fameux épisodes de fraternisation sur le front (que le film « Joyeux Noël » de Christian Carion met magnifiquement en valeur) en compagnie d’élèves allemands…

L’accueil de cette sympathique délégation de Dresde a été sans conteste un moment fort de notre thématique de l’année marquée par les relations franco-allemandes.

Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d’une voix forte, en disant: Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’agneau… (Apocalypse 7.9-10)

F. Klein